Les prémices de la Bohémienne

L’histoire commence dans un lieu de retraite, de pèlerinage, Paray-Le-Monial. C’est vrai qu’un lieu de retraite est le lieu idéale pour apprendre la bière et le brassage. Mais c’est là-bas que j’ai rencontré une tchèque, enfin une bohémienne. Cette bohémienne qui est maintenant mon épouse. Paradoxalement, une bohémienne n’aimant pas la bière … J’ai ainsi rencontré une femme formidable et un pays magnifique. Ce pays est par ailleurs le plus gros consommateur de bière par habitant au monde 148,6 L/habitant/an (source Wikipédia). En face, nous français sommes de petits joueurs : 30 L/habitant/an. (source Planetoscope)

Bref, après quelques années passées à découvrir les bières tchèques, et plus particulièrement les pils et lager, et bien sûr la fameuse Pilsner Urquel, il m’a été offert un kit de brassage. Les beaux-parents, en m’offrant le kit, ne pensait probablement pas que cela deviendrais une passion … Une première aventure, allez essayer de brasser une bière en tout grain dès le début, sans notion de brassage. Plus d’un vous diront que c’est pas le plus simple ; et du 20L en plus ! Pour couronner le tout, cela faisait plusieurs mois que le kit était stocké, et la date de péremption était passé lorsque je l’ai utilisé.

Enfin bon, j’ai commencé par brasser une bière en kit. Le premier brassage n’a pas été d’un grand succès … Mais quand on achète du matériel de brassage, on a pas envie d’arrêter du jour au lendemain ! J’ai donc racheter d’autres kit. J’ai passer beaucoup de temps à consulter les forum, surtout brassageamateur.com, et plusieurs autres sites pour me former. Les premiers brassins n’ont pas tous été parfait, loin de là ! Entre infection et faut goût …

Petit à petit j’ai commencé à comprendre les techniques du brassage. Je suis donc passé à la vitesse supérieur : Beersmith. Ce logiciel m’a permis de créer mes premières recettes. C’est à ce moment là que La Bohémienne est née ! Je suis donc tombé dans le cercle sans fin des brassins test et de vouloir brasser les bières qui me plaisaient.

Petit à petit, mes recettes ce sont construites : une Pils, une Bohemian Lager, une Munich Dunkel … Et surtout des test de dégustation avec les amis. Les moments de dégustation sont parait pour tester une bière. Certes, certains m’ont dit qu’ils l’aiment bien, cette bière, par politesse peut-être. Mais en fin de soirée, des bouteilles entamées ou des verres à moitiés pleins ne trompe pas. Il faut travailler pour trouver le bon accord entre malt et houblon.

Ainsi, les brassins qui duraient au début 4-5 mois, finissent par ne durer plus que quelques semaines une fois prêt a être partagé.

La question d’augmenter les capacités c’est donc posé après quelques années. Et pourquoi pas le brassage pro … ???  La bohémienne est née.